La Charte d'Histoire Vivante
Soyez les bienvenus sur le Forum de la Charte d'Histoire Vivante !

Toute l'équipe vous invite à vous connecter ou à vous enregistrer dès à présent afin de venir échanger avec nous.

En vous souhaitant bonne navigation au sein de notre forum,

L'équipe Administrative de la Charte.


Reconstitution Premier Empire....Autrement!
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
chasseur versailles

avatar

Nombre de messages : 1134
Age : 38
Localisation : Brêmes-les-Ardres, Pas-de-Calais 62
Date d'inscription : 22/05/2007

Signalement
Régiment: 10ème Régiment d’Infanterie Légère
Grade: Sergent, caporal, chasseur
Divers: cofondateur

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Sam 5 Sep - 15:35

Citation :
et pour enfoncer le couteau dans la plaie : les absents ont eu sacrément tort cyclops)

Surtout ceux qui ne l'ont pas choisi volontairement, ils doivent être vraiment dégoûtés. Une petite pensée aux convalescents !

king queen
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirevivante.free.fr/
Marc La Bréole
Président - Soldats des Cents-Jours
Président - Soldats des Cents-Jours
avatar

Nombre de messages : 2724
Age : 37
Localisation : Colmar (Alsace)
Date d'inscription : 21/05/2007

Signalement
Régiment: 1er RI de Ligne / Chasseurs Britanniques Regt / 7e Champagne
Grade: Fusilier / Private / Sergent
Divers: Kalif à la place du Khalif de l'Ordre du Bédouin

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Lun 7 Sep - 9:35

En partie d'accord avec Dups. Certes, c'est peut-étre plus facile de marcher grouper du point A au point B mais si ca devait changer, je ne pense pas avoir les memes problémes des francais. Je sais pas mais c'est une autre mentalité et aussi, la sortie coté allié a toujours été une sortie HV.

Egalement d'accord avec le point souligné par Dups concernant l'indépendentisme des deux détachements francais. Aprés avoir entendu les versions de Steve, Dups, Deg et St-Georges, il semblerait que c'est pas encore rodé cette hierarchie et que c'est toujours l'esprit de "mon groupe, mon groupe" (ou plutot dans ce cas "mon détachement, mon détachement"). C'est d'ailleurs cela qui fait que les alliés ont pu mettre la paté aux deux détachements francais l'un aprés l'autre...Waterloo Part 2! Laughing

En tout cas, si la participation des coalisés en 2010 est aussi grande que les promesses de participation recues jusqu'a ce jour, et si j'arrive a disposer de 3 terrains pour les bivouacs, j'envisage justement de faire deux détachements séparés afin de voir un peu ce que cela donne.
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirevivante.free.fr
dups

avatar

Nombre de messages : 636
Age : 45
Localisation : Guer (56)
Date d'inscription : 05/07/2007

Signalement
Régiment: 12ème régiment de chasseurs à cheval
Grade: Chasseur
Divers: En passe de devenir trompette

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Lun 7 Sep - 22:11

Désolé pour le détachement HV français, mais il a merdé le samedi.
Son idée de bloquer les alliés à la sortie du boqueteau était bonne, mais sans coordination avec la Garde (plus lente que cela tu meurs) a empêché d'en tirer profit.
Après leur insistance leur a été fatale. Nous avons tenté de nous interposer, mais en voyant la détermination alliée et le peu d'effectifs français, l'affaire devenait inutile. Nous avons donc mené une charge sans prétention pour ralentir le détachement et régler leur compte aux traînards, mais cela était sans illusion.
A ce stade, les français auraient mieux fait de se regrouper et de nous demander de suivre les alliés pour essayer de les surprendre groupés. Je pense que cela aurait été plus profitable.
Certe un détachement français HV, c'est bien, mais il faut qu'il y ait convergence ensuite sur le terrain entre les détachements. Sinon, nous continuerons à nous montrer tactiquement inférieurs.

"Concentration des efforts, économie des moyens et liberté d'action."
(De quoi s'agit-il et qui a écrit cela ? Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Vincent

avatar

Nombre de messages : 215
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 23/06/2007

Signalement
Régiment: Ier Régiment d'infanterie de ligne
Grade:
Divers:

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mar 8 Sep - 1:23

L'appréciation est peut être un peu sévère pour le samedi.

Personnellement, après vous avoir vu charger l'arrière-garde alliée, je m'attendais à vous voir nous rejoindre, ou en tout cas que la Garde vienne nous renforcer. Je pensais aussi que le reste des troupes françaises nous avait bien vu poursuivre les alliés pour les bloquer une seconde fois à côté de la sablonnière.

L'erreur a peut être été d'attendre trop longtemps d'hypothétiques renforts. Dommage qu'aucune estafette n'ait été envoyée donner un ordre de repli.

Je viens justement de retrouver une réflexion du général de Fézensac à laquelle j'avais pensé quand nous avons été faits prisonniers. Je crois que cela résume bien la difficulté de ce genre de situation:

"A la guerre, un officier détaché doit savoir prendre un parti sans attendre des ordres qui souvent ne lui parviennent pas. On l'accuse de faiblesse s'il se retire; on l'accuserait de témérité s'il compromettait les troupes qui lui sont confiées. Supporter l'injustice est un des devoirs de l'état militaire, et assurément l'un des plus pénibles" (Souvenirs militaires de 1804 à 1814)
Revenir en haut Aller en bas
chasseur versailles

avatar

Nombre de messages : 1134
Age : 38
Localisation : Brêmes-les-Ardres, Pas-de-Calais 62
Date d'inscription : 22/05/2007

Signalement
Régiment: 10ème Régiment d’Infanterie Légère
Grade: Sergent, caporal, chasseur
Divers: cofondateur

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mar 8 Sep - 10:49

Dans ce que tu écris DUPS, j'y vois plutôt un problème de transmition d'ordre et d'état-major qui devrait superviser l'ensemble. Il est vrai aussi que j'ai un parti pris dans cette histoire mais bon ...

A améliorer en tout cas !

king queen
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirevivante.free.fr/
Ablette

avatar

Nombre de messages : 1149
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mar 8 Sep - 20:19

je répondrai de mes actes que devant une cour martiale Razz Razz Razz

blague à part, j'ai eu deux cavaliers arrivés de l'état major, avec deux ordres contraires, dont l'un écrit. Le seul problème il m'était impossible de trouver l'endroit écrit sur le papier, pour la simple et bonne raison qu'il était presqu'invisible sur ma carte, (because transpiration qui a mouillé le papier et donc fait baver l'encre!), l'autre ordre consistait à rejoindre les troupes françaises, pour éradiquer les coalisés, j'ai donc prit le parti qui me semblait le plus sage, surtout lorsqu'on m'a dit où était situé les troupes françaises.

Quand l'attaque a échoué, je n'ai reçu aucun ordre, voué à moi même et pensant que je recevrais du renfort (pinuts) incessament sous peu, je repris l''idée de bloquer les alliés en attendant les renforts, pensant que le choix était le bon. On a jamais rien vu venir.

alors pour les uns mon choix était stupide, pour les autres il est compréhensible, les français ont toujours le même problème : manque d'estafettes !!!
Revenir en haut Aller en bas
la Bouteille

avatar

Nombre de messages : 97
Age : 47
Localisation : Anvers - Belgique
Date d'inscription : 10/07/2008

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mer 9 Sep - 8:47

je constate que tout le monde a beaucoup 'pensé' (bien faire, sans doute) dans son coin mais que personne n'a eu l'idée de chercher à communiquer avec les autres détachements une fois que l'engagement tournait à notre désaventage... à améliorer donc.
Revenir en haut Aller en bas
La Tribune

avatar

Nombre de messages : 198
Age : 51
Localisation : Lobbes - Belgique
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mer 9 Sep - 10:27

Sentiment d'un simple pousse caillou lors du premier engagement du samedi:
Je nous "ai senti" isolés au milieu du terrain avec un renfort possible sur notre droite qui n'est jamais venu.
Comme tu dis Bouteille chacun dans son coin.
Je me suis dit mais bordel ils voient donc pas qu'on sert d'appat pour qu'ils les prennent en tenaille ??
Et ils sont pas venus.
Prisonnier pour le restant de la journée.


Revenu sain et sauf je me pose la question, aurions-nous pu faire mieux ?
Sans radio de campagne (c'est de l'humour) pour communiquer avec les renforts pour les inviter à l"'improvisation" du piège tendu par notre détachement servant d'appat.

Je pense que le talent dans la bataille, en plus de respecter les ordres, vient aussi du fait d'improviser un minimum.
Pourquoi le détachement n'aurait-il pas un ou deux cavaliers détachés en permanence ?
Des coureurs messagers ?
Les pauvres ...

Idem pour le deuxième jour, nous avons tendu à l'ennemi (harcelé par la cavalerie depuis un bon moment) un piège en profitant du pont près duquel nous attendions de pieds fermes un ennemi qui, à 20 pas, ne tombait toujours pas sous nos tirs, malgré un bon quart d'heure d'échange, bon ben alors on fait quoi ??
Ben on recule jusqu'au bois à la demande du chef du détachement allié pour laisser le temps à l'autre détachement français de venir avec le canon pour qu'il puisse faire BOUM une ou deux fois ???

Je vous jure qu'à balles réelles jamais on aurait reculé.


Enfin, il aurait fallu être partout pour faire un condensé et une analyse complète reprenant tous les détails des mouvements du week end.
Chaque détachement a une vue qui le concerne et ne voit pas ce qui se passe au sein des autres détachement.
Revenir en haut Aller en bas
grenadier la rose

avatar

Nombre de messages : 363
Age : 46
Localisation : Nogent sur Oise
Date d'inscription : 01/06/2007

Signalement
Régiment: 8ème demi-brigade
Grade: sergent
Divers: pensée zen et fatiguée...

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mer 9 Sep - 11:15

je suis en parti d'accord avec tribune pour l'engagement du dimanche ...
on leur a fait un feu nourri aux hollando-écossais .... et ce sans beaucoup de pertes de leur côté, que voulez vous on est très mauvais au tir ... Wink
bref ils ont avancés tranquillous comme en promenade ramenant des fraises ...
plusieurs erreurs à mon sens ....
-tout d'abord c'est de "commencer le bal" sans que tous les protagonistes furent présent ... c'est dommage car niveau tactique cela apporte un plus.
là la bataille fut terminé avant l'arrivée du canon .... et des renforts de la garde, un goût de amer d'un travail non fini ....
- pour le cavalos du 12ème; très beau accrochage, arcélement de la troupe ennemis, mais je me suis dit y en a un qui va venir pour ce mettre en accord avec nous ? histoire de coordonner tout cela, ben non, résulat on fut couper du seul véritable soutient dans cette affaire ... dommage.
- pour l'infanterie de ligne, c'est d'avoir reculer ainsi jusqu'au bois alors que le terrain nous était favorable, avec ce pont et les fossés autour, une simple ligne tenant ferme sur le pont, même au contact si il le faut aurait permi au cavalos de se replier et aux renforts d'arriver ..... pourtant on l'a dit ... donc improvisasion oui minime, mais surtout coordination .... et humble et à l'écoute de vieilles moustaches ....
mais il est vrais que nous sommes en 1815 les français n'étant plus ceux d'Austerlitz .....
un goût amer oui ...
mais attention ce fut très bon, comme expérience, à refaire même une journée .... Wink

ensuite y a la seconde affaire du dimanche qui fut un remake ....
les hollando-écossais avancent et nous on recule .... fatiguant comme scénario non? albino

béco
Revenir en haut Aller en bas
capitaine fleury

avatar

Nombre de messages : 664
Date d'inscription : 22/05/2007

Signalement
Régiment: Brigadier au 12 ème chasseurs.
Grade: Brigadier
Divers:

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mer 9 Sep - 11:42

Tu fais trop de sortie tradi mon bon la Rose !

Citation :
tout d'abord c'est de "commencer le bal" sans que tous les protagonistes furent présent ... c'est dommage car niveau tactique cela apporte un plus.

Ce n'était justement pas le but de cette sortie, nous n'étions pas censé faire une bataille ,alors s'attendre, se mettre face à face, se chanter une chanson et finir en mélée de rugby, tu te doutes bien que c'est pas le genre des sorties histoire vivante.

Tout l'intérêt de cette sortie et d'autres sur le même mode de fonctionnement, se sont les inpondérables de la vie en campagne;que cela n'ait pas fonctionné aussi bien qu'attendu, prouve au moins une chose, c'est que les reconstitueurs français n'ont pas suffisamment l'habitude de ce type de sortie et surtout de ce mode d'évolution.

Citation :
pour le cavalos du 12ème; très beau accrochage, arcélement de la troupe ennemis, mais je me suis dit y en a un qui va venir pour ce mettre en accord avec nous ? histoire de coordonner tout cela, ben non, résulat on fut couper du seul véritable soutient dans cette affaire ... dommage.

Dans la réalité crois tu, que l'on se baladait d'une ligne à l'autre, en franchissant la ligne ennemi pour aller taper le bout de gras avec les copains de l'autre côté ? franchement je ne crois pas et comme nous aimons être cohérent dans notre approche, autant éviter de faire n'importe quoi.
La cavalerie commando qui passe derrière la ligne de feu, j'ai vu ca ailleur , désolé c'est surement rigolo et amusant, mais nous ne sommes pas dans cette manière d'approcher la reconstitution à cheval.
Effectivement comme le souligne La Tribune nous n'utilisons pas de balles donc c'est très facile de ne pas jouer le jeu,mais pour le plaisir de tous ( et visiblement c'est un succès puisque les alliés viennent chaque année plus nombreux) autant respecter quelques régles simples.( pourquoi pas suggérer aux alliés de respecter un plus les "casualties of war").

Citation :
et humble et à l'écoute de vieilles moustaches ....

Mouais, attention avec ce genre de raisonnement, car comme souvent l'expérience ne peut être bonne que si dès le départ ceux qui l'ont acquise sont dès le départ partis sur de bonnes bases; comme moi tu sais bien que la qualité n'atteint pas le nombre des années ( surtout en reconstit )

Sur le fond tu as ( vous avez ) raison, un peu plus de coordination aurait été nécéssaire, j'ai aussi la faiblesse de penser que le manque de culture militaire est aussi à la base des ces hésitations ( cela n'a rien de désohonorant bien au contraire), Fred voit ca en professionel, et passionné ( difficile de lutter), je trouve cela plutôt sympathique de voir tous le monde se poser des questions métaphysique sur les méthodes qu'il aurait fallu appliquer, c'est plutôt bon signe, cela change d'autres sorties ( je ne vous fais pas un dessin ).

Maintenant c'est à chacun à se poser les bonnes questions, et à mettre tout en oeuvre, pour que sur d'autres sorties de ce type, le déroulé des évenements soit plus favorable à nos couleurs.
Revenir en haut Aller en bas
grenadier la rose

avatar

Nombre de messages : 363
Age : 46
Localisation : Nogent sur Oise
Date d'inscription : 01/06/2007

Signalement
Régiment: 8ème demi-brigade
Grade: sergent
Divers: pensée zen et fatiguée...

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mer 9 Sep - 13:58

il est vrais que cela fait du bien de se poser des questions et d'ouvrir de véritables débats .... trop de tradi oui, on en est tous là !!! Laughing

pour le commencemant du bal ...
je reste présuadé qu'il faut une coordination entre les protagonistes ....
ainsi il est plus "intéréssant" niveau terrain, d'évoluer avec toutes les forces en présence, sinon, nous ne ferons que des escarmouches.
Nous avons soulevez le manque d'effectif, oui, justement prenons le maxi de nos effectif, respectons les règles d'engagements et .... prenons notre pieds.
les alliés étaient toujours ensemble, bivouaqués ensemble, manoeuvrés ensemble et nous ?????? et ce sans grand état major .... faut juste deux officiers qui se coordonnent et se connaissent, point, les hollandos était un groupe se connaissant, d'où le fait de manoeuvrer vite et bien. Wink
pour la mélee de rugby, il a fallu 5 écossais pour vous empêchez de passer un pont .... si nous avions fait front, même en "acceptant" le contact des deux lignes adverses, nous aurions pu évoluer de façon différente .... et attendre ses diables de renforts ....
pour preuve lors de la seconde affaire du dimanche; nous avons fait front avec deux autres hommes, un grenadier de la garde, le vilain de la légion irlandaise et moi même et ce face aux écossais qui étaient 5 grand maxi, même sans cartouches au final, mous avons protéger notre canon, Philou_pourra le dire, il nous couvrer de son feu. il faut à un moment s'arrêter et faire front.
j'en reste là aussi persuader.
pour la discutaille avec vous les cavalos, c'est pas tailler le bout de gras, c'est communiqué pour coordonnée une action
mais moi aussi je suis pas militaire .... Wink juste un grenadier de ligne une vieille moustache qui a un moment donné en a eu marre de reculer .... surtout avec un tel terrain à défendre et toutes les forces. merdasse mon sang français a plus d'une fois bouillé geek

maintenant oui des questions, de bonnes celles-ci ....
en route diable, histoire que j'arrête de raler.

rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mer 9 Sep - 15:11

Bonjour à tous,

Quelques mots d’explications sur le déroulement des opérations du samedi.

Ordres du matin : tous les détachements Français ayant bivouaqués dans le camp Français devaient se rejoindre à la côte 167,3 des bois de queue noire.

Nous avons fait jonction avec le détachement chartiste à la côte 167,5 à l’Est du bois de la gâtine ; (clef de voûte de notre dispositif défensif) comme cela était prévu la veille.

Le détachement chartiste a demandé à pousser jusqu’à la sablière pour observer la plaine à l’Ouest au-delà des bois.

Dès que notre cavalerie a pu repérer l’ennemi, un ordre écrit a été transmis au détachement chartiste par une estafette pour nous rejoindre à la côte 167,5 (notre lieu de jonction du matin).
Dès que les Alliés furent à porter de canon, nous fîmes feu.
A notre grande surprise nous vîmes sur notre gauche le détachement chartiste attaquer le flanc de l’ennemi ; ce dernier voyant qu’il ne pourrait pas passer par notre axe s’est jeté sur ce détachement.
Ordre a été donné à la Garde d’avancer jusqu’au bosquet suivant (500 mètres) pour fixer l’ennemi.
Ordre a été donné au 12ème chasseur de les soutenir pour qu’il se dégage, puis nous avons perdu le visuel sur les combats.

Sans contre ordre, l’ordre restait le même : nous rejoindre.

Il était impossible de défendre notre position si nous étions dispersés ; la suite fut un jeu d’enfant pour les Alliés, après avoir anéanti le détachement chartiste l’ennemi s’est retourné sur nous toujours en supériorité numérique et nous a balayé à la sortie du bois, aidé il est vrai par un soucis d’attelage qui nous a empêché de nous replier à temps.

Malgré cela l’édition 2009 est un très bon cru, nous avons vécu de beaux et bons moments dont j’en suis sur, nous saurons tirer profit dans le futur.

Cordialement,

Saint Georges.
Revenir en haut Aller en bas
Ablette

avatar

Nombre de messages : 1149
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mer 9 Sep - 15:16

ah c'est beau de lire tout ça !

Un point que tout le monde oubli, c'est qu'il y avait des règles d'engagement, et à 12 contre 35 mon cher la Rose, on se serait fait démonter la minouchette, c'était intenable, je connaissais l'ordre qu'avait reçu Dups, voila pourquoi je me suis pointé à cet endroit, en accord avec le chef d'état-major (st georges), quand je lui ai posé la question de savoir à quelle heure il avait l'intention de quitter le camp principal, il m'a répondu que ça dépendait de l'heure à laquelle les "tradis" seraient prêts. Alors que nous avons respesté l'horaire réglementaire de réveil dans son ensemble, (petit aménagement spécial pour le dimanche,on est pas des militaires pro habituer à ce genre d'effort) souvient toi d'ailleurs ma bonne Rose que en partant on a entendu le coup de canon indiquant le réveil des français, donc comme dit Deg il manque pleins de choses aux français pour faire un bon détachement militairement correct.

La où je suis d'accord, c'est le manque de mort en face, mais ils sont tellement disciplinés les zozos, qu'ils n'y ont pas pensé et pour cause, c'était pas inscrit dans les règles, il a fallu que je réclame par ras le bol, ça changeait rien à leur supériorité, mais au moins y avait un semblant de mort, et ça ne les a pas ralenti.

On aurait pu tenir le pont, un peu plus longtemps, mais arrivé à un moment les cavalos français n'auraient jamais pu passé, et c'est ce qui est arrivé, ils ont préféré se réorganiser, suite à la chute de l'un d'entre eux, qu'est ce qu'on pouvait faire, appeler rambo ? Laughing

Il y a des choses qui vont, et des choses qui vont moins, il y aura toujours à spéculer du comment du pourquoi si on avait agit autrement, ce qui est fait est fait, et l'an prochain des effectifs plus important ne seraient pas de refus, mais par dessus tout, une meilleurs coordination, un véritable état major avec estafettes, et des ordres clairs nets et précis, et pleins de bisous et de calins santa ....

king
Revenir en haut Aller en bas
Ablette

avatar

Nombre de messages : 1149
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mer 9 Sep - 15:20

SAINT GEORGES a écrit:
Bonjour à tous,

Quelques mots d’explications sur le déroulement des opérations du samedi.

Ordres du matin : tous les détachements Français ayant bivouaqués dans le camp Français devaient se rejoindre à la côte 167,3 des bois de queue noire.

Nous avons fait jonction avec le détachement chartiste à la côte 167,5 à l’Est du bois de la gâtine ; (clef de voûte de notre dispositif défensif) comme cela était prévu la veille.

Le détachement chartiste a demandé à pousser jusqu’à la sablière pour observer la plaine à l’Ouest au-delà des bois.

Dès que notre cavalerie a pu repérer l’ennemi, un ordre écrit a été transmis au détachement chartiste par une estafette pour nous rejoindre à la côte 167,5 (notre lieu de jonction du matin).
Dès que les Alliés furent à porter de canon, nous fîmes feu.
A notre grande surprise nous vîmes sur notre gauche le détachement chartiste attaquer le flanc de l’ennemi ; ce dernier voyant qu’il ne pourrait pas passer par notre axe s’est jeté sur ce détachement.
Ordre a été donné à la Garde d’avancer jusqu’au bosquet suivant (500 mètres) pour fixer l’ennemi.
Ordre a été donné au 12ème chasseur de les soutenir pour qu’il se dégage, puis nous avons perdu le visuel sur les combats.

Sans contre ordre, l’ordre restait le même : nous rejoindre.

Il était impossible de défendre notre position si nous étions dispersés ; la suite fut un jeu d’enfant pour les Alliés, après avoir anéanti le détachement chartiste l’ennemi s’est retourné sur nous toujours en supériorité numérique et nous a balayé à la sortie du bois, aidé il est vrai par un soucis d’attelage qui nous a empêché de nous replier à temps.

Malgré cela l’édition 2009 est un très bon cru, nous avons vécu de beaux et bons moments dont j’en suis sur, nous saurons tirer profit dans le futur.

Cordialement,

Saint Georges.

Tu retire le mot jonction et j'ai l'ordre, que je ne pouvais trouver sur ma carte, puisqu'il était effacé Smile
les aléas de la guerre ...

Mais sinon c'est ça.

Quoique le chemin entre la sablière et le croisement à l'est du bois de gâtine était impraticable pour la cavalerie, ça aurait été un jeu d'enfant pour les alliés aussi.
Revenir en haut Aller en bas
capitaine fleury

avatar

Nombre de messages : 664
Date d'inscription : 22/05/2007

Signalement
Régiment: Brigadier au 12 ème chasseurs.
Grade: Brigadier
Divers:

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mer 9 Sep - 16:18

La fixation par les huits highlander est tout à fait explicable, et n'est pas dû à la gamelle du Suédois ( il en a vu d'autre le bestiau).
Plus simplement il y avait comme souvent de chaque côté du pont un grand fossé que nous avions évalué comme potentiellement dangereux, et charger les écossais, dans ces conditions ca le devenait ( Et oui c'est la guerre, mais il faut aussi se prémunir des accidents, et la régle d'or du moins pour nous: c'est de ne pas mettre en danger le cavalier sa monture, et nos adversaires).
Ce que nous avons appris par la suite à la pause ( pour cause de baguette volante ) que ces derniers avaient consigne de se débander si nous tentions un coup de force, cela prouve au moins une chose c'est que l'officier connait son affaire, et comme nous l'avons souvent rappelé dans nos messages, il n'était pas concevable de faire des actions qui ne méne à rien, en ce sens parfois l'observation, et garder ses distances, est parfois préférable à de l'action à tous prix ( même si certains comme toi adore ca).
Citation :
trop de tradi oui, on en est tous là !!!

Que non et heureusement.
Revenir en haut Aller en bas
grenadier la rose

avatar

Nombre de messages : 363
Age : 46
Localisation : Nogent sur Oise
Date d'inscription : 01/06/2007

Signalement
Régiment: 8ème demi-brigade
Grade: sergent
Divers: pensée zen et fatiguée...

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Jeu 10 Sep - 12:12

ah l'audace et l'initiative .... s'efface devant la sécurité, ben ouais forcé, je suis d'accord on peu pas les taper les gens ....

tradi allons, allons, même pô parfois ?..... Laughing Laughing (je parle de sortie pas d'attitude cher chasseur, là je me considère loin d'être "tradi" Surprised )

euh dit chef-ablette, c'est pas après que je l'ai dit d'utilisé le terrain, c'est pendant .... maintenant si il y avait eu des morts ils ne seraient pas resté à 35 ..... sont tricheurs ceux-ci .... aller béco Laughing
prochaine fois on triche aussi et on leur pète la gamelle
..... geek Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
la Bouteille

avatar

Nombre de messages : 97
Age : 47
Localisation : Anvers - Belgique
Date d'inscription : 10/07/2008

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Ven 11 Sep - 14:59

allé, vous avez TOUS raison! Na.

Adios, m'en vais à Hondschoote.

Vive la Nation.
Revenir en haut Aller en bas
dups

avatar

Nombre de messages : 636
Age : 45
Localisation : Guer (56)
Date d'inscription : 05/07/2007

Signalement
Régiment: 12ème régiment de chasseurs à cheval
Grade: Chasseur
Divers: En passe de devenir trompette

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Ven 11 Sep - 19:25

Je trouve ce débat intéressant. pour une fois qu'on ne se déchire pas pour des histoires à deux balles.
Je pense que nous avons bien plus embêtés les alliés en restant derrière (demandés à ceux qui ont traversé la plaine en marche arrière qu'en basculant avec le détachement de ligne (plutôt qu'HV)
Lorsque j'ai considéré que le terrain nécessitait de rejoindre l'infanterie (nous approchions de bois et bosquets dans lesquels l'ennemi pouvait nous faire du mal sans que nous ne puissions rien faire) nous avons découvert ce fameux fossé. Trop tard !
Pour ce qui est de la coordination, du dimanche, je pense qu'il faut croire que nos ennemis sont plus matinaux. Il faut dire que la nuit à la belle étoile motive pour repartir aux aurores. Wink Ainsi la journée est plus longue.
Revenir en haut Aller en bas
dups

avatar

Nombre de messages : 636
Age : 45
Localisation : Guer (56)
Date d'inscription : 05/07/2007

Signalement
Régiment: 12ème régiment de chasseurs à cheval
Grade: Chasseur
Divers: En passe de devenir trompette

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Ven 11 Sep - 19:33

J'oubliais:

Citation :
"A la guerre, un officier détaché doit savoir prendre un parti sans attendre des ordres qui souvent ne lui parviennent pas. On l'accuse de faiblesse s'il se retire; on l'accuserait de témérité s'il compromettait les troupes qui lui sont confiées. Supporter l'injustice est un des devoirs de l'état militaire, et assurément l'un des plus pénibles" (Souvenirs militaires de 1804 à 1814)

Certes, mais comparons ce qui est comparable.

Pour les estafettes, le 12ème en fournira lorsqu'il aura 30 chasseurs. geek
On se plaint de petits groupes, on parle de bataillons unis et on voudrait diviser les rares unités existantes. scratch

Je rappelle ce principe de la guerre fondamental. La concentration des efforts (Clausewitz et Foch pour la théoriser et Napoléon pour l'appliquer)
Un détachement isolé doit raisonnablement cherché à rejoindre le gros des troupes, hormis pour une mission spécifique. C'est une erreur (que je qualifierai de "criminelle" à mes officiers élèves, mais heureusement pas pour nous) à la guerre de mener une action en espérant, escomptant, pariant sur, envisageant, imaginant une intervention des tourpes amies hors de toute coordination. On a perdu la guerre de 1870 en grande partie pour cela et Napoléon a perdu à Waterloo pour ce motif (Mais espérait-il vraiment Grouchy ?)
Revenir en haut Aller en bas
Marc La Bréole
Président - Soldats des Cents-Jours
Président - Soldats des Cents-Jours
avatar

Nombre de messages : 2724
Age : 37
Localisation : Colmar (Alsace)
Date d'inscription : 21/05/2007

Signalement
Régiment: 1er RI de Ligne / Chasseurs Britanniques Regt / 7e Champagne
Grade: Fusilier / Private / Sergent
Divers: Kalif à la place du Khalif de l'Ordre du Bédouin

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mer 28 Oct - 2:28

Commentaires divers de la part des participants Alliés

Citation :
Quoiqu'il arrive, JE SERAI PRESENT en 2010!
Marc - 2e van Linie

Citation :
L'edition était la meilleure jusqu'a présent. Je reviendrais certainement avec le 7e BvL.
Daan - 7e van Linie

Citation :
La Boissiére-Ecole sera l'événement que je ferai sans faute chaque année. Merci Marc et Xavier pour votre vision et votre travail!
Albert - 6e Huzaren van Boorel

Citation :
Je reviendrai! Et d'aprés ce que j'ai vu sur le forum du 12eme Chasseurs, ils ont adoré aussi. J'ai découvert aussi qu'ils avaient recrée une grand'garde authentique pendant la nuit du samedi donc je crois bien qu'ils sont plutot plus branché histoire-vivante que la plupart de leur infanterie.
Derk - 6e Huzaren van Boorel

Citation :
Bonjour Marc,
Merci pour cet excellent événement et j'espére que je pourrai revenir l'année prochaine.
Nanny - 42nd Royal Highlanders

Voici un article sur leblog du Hussar Derk du 6e van Boorel:

Citation :
De retour chez moi et au bureau aprés mon weekend d'histoire-vivante a La Boissiére-Ecole. J'ai vraiment apprécié mon weekend et j'étais trés impressionné par les participants ainsi que l'organisation - sans oublié la gentillesse de la population locale. Je n'ai jamais vu des gens aussi émerveillés d'avoir des coups de fusils au fond de leurs jardins...

J'ai redigé un petit résumé de mon weekend. Il sera certainement incomplet, voir incomplet mais il suffit de me dire ce qu'il cloche et je ferai la modification nécéssaire.

Arrivé et premiére nuit
Le voyage était trés "fluide" comme les panneaux autour du périphérique de Paris auraient indiqués. C'est une bonne trotte de 700km pour moi et mon cheval qui débuta a 08h00 pour arriver au milieu de l'aprés-midi mais la circulation était trés corrécte et nous n'étions pas cassés une fois arrivé. Rien que de mon siége en voiture, l'endroit qui sera mon domaine de jeu pour les deux prochains jours étaient trés joli avec des collines, des bois et des plaines distribuées généreusement. Les villages étaient également trés beaux et je ne serai pas surpris si il fallait une petite fortune pour habiter dans un si belle endroit aussi prés de Paris.

Mon camarade, le hussar van Ee et moi-meme décidames alors d'installer une ligne d'attache, de faire descendre les chevaux et de se changer en uniforme. Aprés avoir déchargé le véhicule, nous decidames de créer notre espace de bivouac dans les bois avec le reste du détachement coalisé: J'ai rempli mon sac de toile avec de la paille, trouva un endroit qui semblait sympa pour poser mon sac et mes affaires et voila!...Il ne me restait plus qu'a admirer les jolis abris des fantassins bien qu'avec la belle météo qui était announcé, j'ai préféré me passer de l'effort.

J'ai eu l'occasion de me rendre utile peu aprés lorsque j'ai appris que l'équipement prévu pour l'attelage des chevaux (des magnifiques percherons!) n'étaient pas a la taille des animaux. Heuresement que j'avais mes outils de cuir avec moi et aprés quelques trous supplémentaires, probléme résolu.

Aprés le diner (pain, fromage et une saucisse - ceci aller devenir mon quotidien pour le weekend), on prit nos chevaux pour effectuer une reconnaissance vers L'Epinette au nord-est de notre position et nous étios content de constater que le secteur était libre de toute présence ennemie...inutile de préciser que le secteur était libre de toute présence francaise car nous étions en France, mais a partir de maintenant, l'emploi de cette nationalité sera uniquement employé pour nos adversaires du weekend.

Aprés avoir servir a boire a nos chevaux (merci au conducteur du train pour avoir pris de l'eau avec lui...le point d'eau prévu avait eu une rupture dans ses canalisations la veillle), nous restames avec notre infanterie, s'occupames du feu de l'Etat-Major avant de nous endormir sous les étoiles sous mon manteau. J'estime avoir dormir environ la moité de la nuit - parfois étant réveillé par un chien qui se baladé dans notre bivouac, parfois par les chevaux qui tentaient de creuser un tunnel jusqu'en Australie et parfos a cause du froid.

Samedi
Le matin fut merveilleux. Tout le monde se leva en grognant, presque personne n'avait bien dormi mais je pense bien que nous étions tous heureux de l'experience. J'ai ensuite pris mon petit déjeuner - pain, fromage et saucisse (tiens, tiens?) et en attendant les ordres de nos commandants, pris la peine de se mettre en uniforme et de préparer les chevaux. Ce dernier exercise était un peu plus compliqué que d'habitude car il fallait trouver de la place pour les rations du chevaux, mes propres rations et mon équipement. J'avais déja anticipé le probléme le vendredi soir et j'avais pris la décision de me débarasser d'une partie des provisions de mon cheval, Bles...En lui donnant un repas bien plus copieux que prévu, je vous l'assure mais le hussar van Ee pouvait étre entendu en train de maudire et blasphémer pendant une bonne demi-heure lorsqu'il rencontra les memes problémes. Certains articles (un seau et de la corde) étaient mis sur le wagon et aprés que l'infanterie ait recu leur solde, le détachement commenca sa marche.

Le commandant du train, le capitaine MacDonald du 92nd Gordon Highlanders, nous announca que bien que la cavalerie (2) était attaché a sa charge administrativement, nous étions détaché auprés du capitaine Draak du 7e van Linie afin d'effectuer d'éclairage de la colonne. C'est donc ainsi que nous nous retrouvames devant la colonne avec le cheval de hussar van Ee trottant a une bonne allure alors que le mien, Bles, semblait prendre un grand plaisir de marcher nettement plus lentement.

Une fois ayant constaté que le premier secteur était libre de troupes francaises, le hussar van Ee décida de revenir vers la colonne afin de faire un rapport - et également pour voir comment aller réagir nos chevaux d'étre séparés (ils sont proches...bien qu'ils ne se voient uniquement pendant des sorties). Bles semblait hésiter quelques instants et puis...tranquille.

Bientot, la colonne arriva a son premier point de ralliement - la ferme de La Gatine. C'est ici que la colonne était retardée par plusieurs minutes par une distribution gratuit de café par une femme francaise patriotique mais bon, la colonne reprit la route peu de temps aprés. La cavalerie allié inspectant chaque chemin pour vérifier si le passage était libre d'ennemis et praticable pour le wagon. Heuresement, le chemin le plus court était bon et nous arrivames bientot a notre second point de ralliement, le village de Faverolles.

C'est dans ce village que l'ordre fut donné de manger et descendre de cheval. La population locale était trés contente de nous acceuillir et une charmante dame nous proposa meme de pique-niquer dans son jardin et (Oh Bonheur) d'utiliser ses toilettes plutot que de faire ses besoins dans un bois. Mon déjeuner était constitué de pain, de fromage et d'une saucisse....et une pomme que j'ai partagé avec Bles. Nous étions trés occupés avec nos chevaux tant dit que l'infanterie pouvait simplement s'écraser et dormir sur place. Je suis certain que cela était une faible compensation étant donné qu'ils doivent marcher et nous...ben on ne marche pas. Laughing

Par contre, toujours pas l'ombre d'un francais et les blagues circulaient déja qu'ils avaient confondus les weekends et qu'ils allaient venir la semaine prochaine. C'est alors qu'un villageois nous informa qu'il avait vu des troupes francaises dans le village voisin. A cette nouvelle, l'ordre fut donné de se remettre en route.

Quittant le village par le sud, on entra dans un bois qui donna ensuite sur une grande plaine. Hélas, il-y-avait trés peu de moyen de se rendre invisible sur un tel terrain et si quelqu'un était dans le bois en face, il aurait pu nous repérer sans trops de soucis.

Quelques instants aprés s'étre engagé sur cette plain, un cri d'alarme fut entendu par nos tirailleurs écossais, suivi par des acclamations de la part du commandant du détachement, l'Adjudant-Major Middleton. De la cavalerie francais - certainement des chasseurs - étaient dans le bois a 500m au nord-est. C'était un peu embarassant que ni moi, ni le hussar van Ee avions remarqué ce mouvement.

Le trajet prévu était alors abandonné et l'ordre recu était donné de virer vers le nord et puis a l'est afin d'approcher notre objectif sous la couverture d'un bois. Quelques instants aprés avoir quitté la plaine, la confirmation que des chasseurs francais avaient étés remarqués a moins de 200m de la colonne. Le commandant ordonna aux troupes d'enlever leurs sacs et de ployer la colonne en bataille. Nos instructions étaient d'éclairer la colonne avec vitesse et finesse. Tache que nous avons trés bien accomplis j'ajouterai.

Un fois avoir quitté les bois, nous tombames nez-a-nez avec une douzaine de fantassins ennemi et plus en arriére, de l'artillerie et des cuirassiers (en faite, il s'agissait d'un seul cuirassier solitaire). Alors que le hussar Van Ee prit le chemin de retour pour informer notre colonne, l'artillerie ouvera le feu sur moi...quel gachit de poudre.

J'ai vu alors que les chasseurs avaient disparus derriére un bois au nord tant dit que l'infanterie ennemi se retira vers l'est. Notre colonne arriva sur les lieux et ayant constaté qu'une attaque sur le canon était du suicide, le commandant donna l'ordre de prendre le chemin vers l'est. Cependant, a l'est, un petit groupe isolé d'infanterie francaise (on m'a dit que le nom de leur chef était Stavros) fut repréré. Réalisant une faille dans le dispositif ennemi, notre commandant ordonna l'infanterie de foncer vers l'est avec le train en soutien et nous en arriére-garde. A ce moment précis, j'ai entendu un grand nombre de sabots de chevaux et apercu un mouvement venant de la route que nous avions juste quittée. En criant: "cavalerie a l'arriére!" en tentant de faire face. A mon désespoir éternel, mes efforts étaient en vain et j'aurai sans doute sombré dans les premiers instants de l'engagement. Bravo au 12eme qui ont bien réussi leur manoeuvre.

Notre infanterie se lanca dans les bois ou autour du chariot, sauvant ainsi leur vies. Si l'infanterie ennemie avait décidée a ce moment-la de nous attaquer, notre détachement aurait été anéanti. Cependant, leur incapacité d'exploiter cette occasion nous avait couté la vie d'un seul hussar...malheureusement pour moi, c'était la mienne. Crying or Very sad

Une fois que la cavalerie adverse se replia, l'ordre fut donné de former les rangs et d'avancer tout droit. Incroyablement, le groupe isolé d'infanterie ennemi n'a pas utilisé ce temps de repi pour manoeuvrer. Notre infanterie avanca au pas de charge et avec l'artillerie et les chasseurs hors de porté, mis ce petit groupe en fuite et pris 3 prisoniers.

Suivant la route en diréction des Rueles, nous étions trés consciene que la cavalerie francaise ainsi que le petit groupe d'infanterie suivé nos mouvements au nord. Accélérant a l'avant, les chasseurs nous coupa la route et se mis en ligne pour une charge. Avec notre infanterie blindé autour, dessus et sous le chariot (donnant l'impréssion d'un hérrison a roulettes), hussar Van Ee et moi-méme se préparames a recevoir la charge. Je dois avouer qu'il n'est pas naturel du tout pour de la cavalerie de rester immobile pour recevoir une charge mais notre inférieurité numérique ne pouvait pas justifier une attaque de notre part. Observant que rien ne pouvait étre gagné en tentant de briser notre carré mobile, les chasseurs se contenta de charger de chaque coté du wagon et de continuer le long de la route. Hélas, c'est justement ici ou ils ont sabrés deux trainards de notre détachement: le fils du conducteur du train et un soldat du 42nd Royal Highlanders.

Aprés avoir livré le wagon et nos prisoniers avec une garde aux Rueles, l'infanterie et la cavalerie coalisé prit le chemin vers la sabliére qui allait servir de bivouac pour la nuit. Les fantassins de Stavros's nous barraient la route. Hélas pour eux, nous avions l'avantage d'avoir baionnettes et sabres a notre disposition: les fantassins du 7e van Linie obligant les francais a quitter le bois et le hussar Van Ee et moi-meme sabrant ceux qui tentés de fuir a travers la plaine. Voyant que sa résistance était sans issue, ce petit groupe se rendit aux forces de Leurs Majestés.

Les prisoniers étaient escortés jusqu'au village par les highlanders tant dit que l'infanterie néerlandaise et la cavalerie recus des ordres d'attaquer et de prendre notre dernier objectif de la journée: un croissement de chemins au-dessus d'une colline devant nous. Vu que le terrain ici était trés inégale, c'est l'infanterie qui prit l'avant-garde et nous l'arriére-garde.

On tomba d'abord nez-a-nez avec un Gendarme d'Elite (que j'ai découvert par la suite était en faite un Carabinier) qui prit la fuite en nous voyant, sans doute pour avertir les siens de notre arrivée. L'élément de surprise étant ainsi perdu, le croissement était alors occupé par une piéce d'artillerie et un petit groupe de fantassins. Une fois de plus, c'était inutile d'attaquer diréctement par le front cette position retranchée donc l'infanterie prit l'initiative de la prendre par les flancs. Attendant que les artilleurs firent feu sur un adversaire qui n'était plus en place, nous pris l'occasion de galloper devant la piéce pour s'abriter dans les bois en face.

C'est alors que les francais réalisa qu'ils allaient étre pris de flanc et commenca a se replier. Voici le moment précis que nous attendions et notre coopération avec l'infanterie avait pu permettre ce résultat. On se lanca sur le chemin, mettant les francais en fuite. Si on n'avait pas déja pris suffisament de prisioners, on aurait sans doute également pris la piéce et les fantassins.

En se repliant vers la sabliére, on avait droit a une derniére surprise. Deux cavaliers francais étaient sur notre chemin et, pendant un instant, étaient en train de réfléchir a nous attaquer. C'est alors qu'un grand nombre de fusils de notre infanterie sur les flancs furent pointés dans leur diréction et ils prient alors la sage décision de se replier au galop.

C'est ainsi que pris fin cette premiére journée de manoeuvres. Ayant pris le croissement de chemins, on eu la permission de se replier sur le village pour un repos bien mérité. Un mariage avait lieu ce jour-la et on proposa de faire une salve d'honneur en échange de quelques verres. On n'a pas recu nos boissons mais un petit bisous de la part de la mariée était largement suiffisant. :bravo:

Les fantassins du 7e ont alors investi tout le village, demandant gite et nourriture auprés des habitants. Ils n'ont pas eu de gite mais la population était assez généreuse en offrant plein de vins et de nourriture.

De retour a la sabliére, on installa notre bivouac dans les bois en hauteur. Plus ou moins le meme exercise que le vendredi soir et la météo était si bonne que je décidais simplement de me coucher par terre dans mon manteau. Cette soirée, c'est uniquement les highlanders qui construient un abri alors que le 7e se coucha par terre entouré de leurs capotes.

Mon diner était....interéssant. J'ai fais une erreur en prenant du brie plutot qu'un fromage dur et il s'était transformé dans un horrible mélange de brie et sueur de cheval accompagné d'une odeur attroce. J'ai mangé les meilleurs morceaux, un peu de saucisse et du pain ce soir-la. J'étais alors sur le point de jetter le reste du fromage quand, en voyant quelques soldats du 7e, proposa de leur en donner du "fromage au cheval". Incroyablement, certains accépta et m'ont meme offert du vin en échange! N'étant pas stupide et voyant une bonne occasion, j'accepta sur le champ.

Le seul petit probléme de ce bivouac était l'absence de point d'eau. Il fallait descendre au village pour remplir les gourdes et quelques solats du 7e étaient assez sympas d'aller remplir les seaux de nos chevaux. Etant donné que la majorité de ma biére a due étre abandonné au premier bivouac, le hussar Van Ee et moi-meme décida alors de boire cette eau en remarquant que "si cela ne tue pas les chevaux, ca devrait étre bon pour nous aussi". Ceci était une erreur.

Le reste de la soirée était dépensée en aidant le 7e van Linie de boire tout le vin que les villageois les ont donnés. On été tous morts de fatigue donc, aprés quelques verres, nous nous sommes replir au confort de nos sacs de paille et de nos manteaux. J'ai du dormir un petit peu lorsque je me suis réveillé en vomissant. Mon camarade effectua la meme opération a l'aube et comme nous avions mangés des choses complétement différentes, on prit la conclusion que c'était certainement l'eau! Hélas, cela voulait dire que nous n'avions rien eu a boire le matin et c'est avec des gorges séches que nous avons repris la route de marche. Ah! Les hasards de la guerre!

The rest of the evening was spent with the 7th infantry in a valiant attempt to help them finish their wine. We were all dog-tired, so we only drank a few mugs before retiring to the 'comfort' of our cloaks. I slept a bit restlessly until I woke up to be violently sick. Hussar van Ee would repeat the ceremony shortly after rising in the morning, and since we'd actually eaten entirely different things we figured food wasn't to blame, with the most likely culprit being the water. Unfortunately this left us with nothing to drink in the morning and a very thirsty throat to set off with.

A la fin du weekend, on avait appris que la cavalerie francaise nous avez suivie pendant présque toute la matinée et c'est uniquement lorsque nous nous sommes arrétés pour manger a midi qu'elle perda notre piste. Mes sincéres félécitations a eux car nous n'avions jamais eu le moindre indice que nous étions observés! :salut:

Des informations supplémentaires de la part du chasseur Bastien du 12eme: "Nous avons suivie la colonne allié pendant toute la matiné. Hélas, nous l'avons dépassé lorsque celle-ci s'est arrétée pour manger dans le village et nous sommes parti beaucoup trops au sud. Aprés avoir effectué un grand arc, nous sommes tombés sur notre infanterie ou nous avons décidés de manger. Quinze minutes plus tard, la colonne allié fut observée par l'infanterie de Stavros et on était alors obligés de vite remonter en selle. Nous nous sommes dirigé vers l'ouest pour intercepter cette colonne mais il n'avait personne. C'est en regardant les traces dans le sable que nous avons constaté que la colonne avait en faite fait volte face pour nous tromper."

Le reste, comme on le dit, est de l'histoire....

_________________
“S'unir et être solidaires au nom d'une passion, c'est bien beau. Entre les fanas des commémorations et les maniaques de l'histoire vivante, qui cohabitent souvent au sein d'un même groupe, il n'y a rien de plus en commun que le fait de se trouver au même endroit, au même moment. »  - Antoine, 25 Juin 2004
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirevivante.free.fr
mrphilou

avatar

Nombre de messages : 289
Age : 54
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 24/05/2007

Signalement
Régiment: 4ème Régiment d’Artillerie de Marine
Grade: Artilleur
Divers:

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Jeu 29 Oct - 12:03

"Si on n'avait pas déja pris suffisament de prisioners, on aurait sans doute également pris la piéce et les fantassins."
Il n'empêche que la plus grande partie de vos effectifs auraient du être "hors service". Le feu de l'artillerie est relativement efficace sur cette distance.
Sinon,
J'espère que vous reviendrez avec vos troupes l'an prochain. Nous avons passé un bon W.E. et, pour une fois, nous avons pu rencontrer nos
"ennemis" autour d'un verre de l'amitié.

Nous sommes quelque uns en France à vouloir essayer de monter un groupe de type Landwehr. Ceci afin d'éviter les sempiternelles batailles Franco/Françaises. Si quelqu'un possède des patrons pour nous constituer une tenue basique : casquette, manteau, pantalon.

@ bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
dups

avatar

Nombre de messages : 636
Age : 45
Localisation : Guer (56)
Date d'inscription : 05/07/2007

Signalement
Régiment: 12ème régiment de chasseurs à cheval
Grade: Chasseur
Divers: En passe de devenir trompette

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Sam 31 Oct - 0:53

Bonne idée, sauf que comme d'hab, cela sera déshabiller Paul pour habiller Jean. Je crois que certains avaient soutenu l'Aly pour faire des activités civils... Je crois que pratiquement rien ne fut réalisé en sortie puisque ceux qui se sont engagés sur l'aventure sont déjà pris dans d'autres groupes et dans une thématique essentiellement militaire, peu facile de faire du civil.
Alors si je prends ton exemple Philou, en quoi seras-tu sur les sorties: en artilleur de marine, en Gendarme, en Prussien ?
Je souhaite bon vent à votre projet, mais je crains que cela ne soit pas non plus LA solution à nos difficultés. Quand bien même vous réuniriez 10 volontaires, cela ne suffirait pas hélas pas à faire grand chose. Et puis si c'est pour réduire les groupes existants souvent déjà bien maigres...
Revenir en haut Aller en bas
Marc La Bréole
Président - Soldats des Cents-Jours
Président - Soldats des Cents-Jours
avatar

Nombre de messages : 2724
Age : 37
Localisation : Colmar (Alsace)
Date d'inscription : 21/05/2007

Signalement
Régiment: 1er RI de Ligne / Chasseurs Britanniques Regt / 7e Champagne
Grade: Fusilier / Private / Sergent
Divers: Kalif à la place du Khalif de l'Ordre du Bédouin

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Mer 18 Nov - 22:54

Bonsoir,

Voici un autre compte-rendu de la part d'un sapeur du 2e de Ligne néerlandais, qui faisait parti du train de logistique du détachement allié.

Citation :
Le samedi soir, alors que nous étions en train de préparer nos abris, nous étions surpsi par 2 chevaux qui avaient décidé de faire une balade dans les bois. En pensant que le propriétaire était tout prés, nous nous sommes dis que c'était normale. FAUX! Ces bestioles se sont échappés et c'est ainsi que le fils du propriétaire et moi-meme avons passé une heure a le chasser a travers le bois avant de les rattraper.

Le dimanche, nous avons repris le chemin vers le nord et aprés quelques heures de marche, nous avons pris un virage un peu trops vite et notre percheron a glissé et tombé, cassant le harnais du chariot. Nous étions tous choqués et inquiéts lorsque le cheval refusa de se relever. Aprés trois tentatives, il se remis sur ses pattes a notre plus grand soulagement.

Notre chef de détachement, Marc, était revenu et a trouvé des transports pour les baggages et nous-memes. Il nous avait demandé si nous voulions rejoindre le reste de la troupe en manoeuvre mais, étant toujours sous le choque de voir notre fiér percheron s'écrouller, nous avons préférés de retourner aux voitures afin d'attendre la fin de l'événement.

Une fois arrivé, le propriétaire de percherons et Marc sont partis nous chercher a manger: Pain, jambon, cidre, vin...tout pour faire un bon petit repas. Je tiens a les remerier pour cette attention.

Quand j'ai appris que le cheval allait bie, je dois avouer que je me sentais nettement mieux et j'espére revenir a La Boissiére-Ecole en 2010 afin de revoir des vieux camarades et replonger dans cet atmosphére unique.

Merci a Marc pour l'organisation et la diréction de notre détachement.

Maarten
Sapeur, 2e bataillon de Ligne, compagnie des grenadiers.

Un soldat du 7e de Ligne néerlandais nous raconte son point de vue concernant les combats du dimanche:

Citation :
Aprés une longue marche, notre infanterie se diriga vers une petite ville, qui était bloqué par l'infanterie du lieutenant Stavros. A cause d'une forte préssion de la cavalerie francaise sur nos flancs, nous n'avions pu avancer que trés doucement, et lorsque les écossais étaient prisent par le flanc, il nous étés impossible de faire autre chose que de concéder la victoire au lieutenant Stavros...il tint sa position jusqu'a ce que des renforts lui viennent en aide qui mis une fin définitive a notre avancée.

Bien sur, 30 minutes plus tard, nous avons réussi a fendre sur son flanc quand les Highlanders arriverent a bloquer les troupes ennemies sur un petit pont, qui rendaient leurs mouvement difficile car leur artillerie bloquait la route. Les francais qui ont tentés d'attaquer les écossais se sont retrouvés nez-a-bez avec la ligne néerlandaises et furent repoussés.

Les francais ont alors abandonné le village et on tentés d'organiser une embuscade dans des buissons un peu plus loin mais, visiblement nerveux, ils se sont mis a tiré a une trops grande distance...et abandonnrent leurs positions.

Si seulement notre cavalerie était la a ce moment, la victore nous serait totale, le piége était renfermé et il n'avait aucune retraite possible a travers les buissons. L'escarmouche prit fin avec un violent corps-a-corps avant que nous prenons la piéce d'arillerie, qui se trouvait dans un chemin creux, par le flanc et l'infanterie ennemie prit le chemin de la retraite.

Soldat Daan
7e de Ligne néerlandais

_________________
“S'unir et être solidaires au nom d'une passion, c'est bien beau. Entre les fanas des commémorations et les maniaques de l'histoire vivante, qui cohabitent souvent au sein d'un même groupe, il n'y a rien de plus en commun que le fait de se trouver au même endroit, au même moment. »  - Antoine, 25 Juin 2004
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirevivante.free.fr
Bastien

avatar

Nombre de messages : 218
Age : 39
Localisation : Dreux
Date d'inscription : 29/09/2009

Signalement
Régiment: 12ème Chasseurs à cheval
Grade: Brigadier
Divers: Compagnie d'élite

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Sam 21 Nov - 22:19

Citation :
A cause d'une forte préssion de la cavalerie francaise sur nos flancs, nous n'avions pu avancer que trés doucement
Nous n'étions que deux à procéder à des attaques de flanc, le reste de la cavalerie se positionnant sur leur arrière afin de les pressuriser un peu plus, tout en les coupant de leur propre cavalerie restée en arrière. Au fur et à mesure des charges d'intimidation pour ralentir la colonne ennemie (nous n'avions pas les effectifs pour les annihiler), les deux partis avaient amélioré leur technique :
- nous avions fini par adopter une formation en tirailleur afin d'obliger les fusilliers à devoir répartir leur tir sur nous, et nous nous étions convenus de partir chacun dans une direction au moment d'arrêter la charge dès qu'ils s'apprêtaient à épauler, afin de ne pas nous gêner mutuellement
- l'ennemi quant à lui gagnait en promptitude et réagissait plus vite

Je dois dire que l'infanterie Alliée m'a assez impressionné de par sa cohésion et sa rapidité d'exécution. J'aurais bien aimé qu'un troisième cavalier soit détaché auprès de nous afin de renforcer notre capacité de nuisance, et si possible un chasseur armé d'un pistolet pour les étriller un peu au moment de "casser" notre formation pour venir nous regrouper un peu plus loin, et reprendre ainsi le ballet des charges avortées. Ce n'était certes pas très spectaculaire mais cela semblait efficace dans la mesure ou nous nous apprêtions à charger à nouveau à peine l'ennemi remis en ordre de marche.

Mais notre chef de groupe en décida autrement puisqu'il nous rappela. Nous tentâmes alors une charge avec l'ensemble de la cavalerie sur leurs arrières mais l'ennemi s'étant si bien adapté à nous, ils réagissèrent au quart de tour et nous recurent une salve avant d'arriver au contact. Un chasseur mordit la poussière, et nous dûmes rompre le contact afin de panser nos plaies. La colonne ennemie reprit sa route vers La Hauteville, et le maigre peloton de L'Ablette ne ferai probablement pas le poids seul, les renforts prévus n'étant toujours pas là.
Revenir en haut Aller en bas
dups

avatar

Nombre de messages : 636
Age : 45
Localisation : Guer (56)
Date d'inscription : 05/07/2007

Signalement
Régiment: 12ème régiment de chasseurs à cheval
Grade: Chasseur
Divers: En passe de devenir trompette

MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   Ven 27 Nov - 10:45

Je pense qu'il faut se garder de toutes ses analyses tactiques du "café du commerce" et rester plus terre à terre dans nos analyses.
Ce qui importe ce n'est pas qui gagne ou qui perd, mais bien quelle réaction a été entraînée par quelle action et y a-t-il cohérence militaire au regard de l'époque et des manoeuvres mises en oeuvre.

Citation :
une forte préssion de la cavalerie francaise sur nos flancs

Citation :
J'aurais bien aimé qu'un troisième cavalier soit détaché auprès de nous afin de renforcer notre capacité de nuisance

Comme le montre cet exemple, nous menons des actions qui ne sont que des escarmouches. La capacité de 2 ou 3 cavaliers (et même des 8 que nous étions) est parfaitement nulle (cela se règle en quelques coups de fusils) et c'est bien la bonne volonté de l'autre de considérer cet effectif en lui accordant un peu d'importance qui compte en adaptant sa manoeuvre.
Nous pouvons tout obtenir par cette manoeuvre, la seule arme qui peut nourrir une légitime frustration étant l'artillerie qui compte elle par ses effets. Hors il nous est difficile d'en rendre compte. D'où, parfois certaines frustrations pour ces courageux servants dont la pièce semble considérée comme quantité négligeable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Boissiere Ecole 1815 (29-30 Aout)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Charte d'Histoire Vivante :: Campagne 2009-
Sauter vers: