La Charte d'Histoire Vivante
Soyez les bienvenus sur le Forum de la Charte d'Histoire Vivante !

Toute l'équipe vous invite à vous connecter ou à vous enregistrer dès à présent afin de venir échanger avec nous.

En vous souhaitant bonne navigation au sein de notre forum,

L'équipe Administrative de la Charte.


Reconstitution Premier Empire....Autrement!
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 8e Léger en 1812-1815

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LA MITRAILLE

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 42
Localisation : belgique
Date d'inscription : 24/01/2010

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Lun 1 Fév - 21:14

merci Ablette pour ton message en MP, concernant l'uniforme des Carabiniers du 8ème léger, vu à l'Empéri.

depuis que je fait des recherches sur cette unité, que nous tentons de recréer au mieux, j'ai pu constater au fur et à mesure de mes recherches que l'uniforme (habit-veste) est très particulier et ce selon la période! Et cette période en question est 1812 - 1815.

L'habit - veste des carabiniers du 8ème léger est comme celui des autres carabiniers de la légère 1812 - 1815 à quelques exception près, et tout particulièrement pour le 2ème bataillon du 8ème léger.

par exemple:

=> 4 boutons au-lieu de 3 sur le revers des manches,
=> le col de l'habit - veste est rouge passepoilé de bleu,
=> le passepoilé du plastron est blanc,
=> plastron descendant jusqu'au sternum
=> le gilet à manche est bleu, col rouge passepoilé de bleu et un passepoilé rouge du coté des boutonnières et tout le bords du gilet.

infos recueillis depuis 6ans dans des textes parus dans un n° de tradition magazine (infos secondaire), mais que j'ai pu vérifié via une photo de l'habit -veste dans le livre Malibran
Revenir en haut Aller en bas
Ablette

avatar

Nombre de messages : 1150
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 2 Fév - 14:28

Le 2ème bataillon doit fortement ressembler au 1er, au 3ème et au 4ème !

C'est le colonel qui passe commande et ce sont ses ordres qui sont exécutés, pourquoi aurait il commandé des uniformes différents pour les carabiniers de chaque bataillon, ça ne tient pas.

Ce que tu décris est le règlement, excepté la taille des revers et les boutons des pattes de parements. Le gilet est également au règlement, je ne vois pas de différences.
Revenir en haut Aller en bas
LA MITRAILLE

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 42
Localisation : belgique
Date d'inscription : 24/01/2010

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 2 Fév - 16:50

pour le 8ème léger, il n'y avait que 2 bataillons, et les différences, sont celles que j'ai décrite plus haut et elles sont unique pour le 2ème bataillon et non au 1er qui lui suivait le règlement commun pour l'infanterie légère.
Revenir en haut Aller en bas
Ablette

avatar

Nombre de messages : 1150
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 2 Fév - 16:52

Seulement 2 bataillons ? Shocked

Il y avait un colonel par bataillon ? affraid Razz
Revenir en haut Aller en bas
LA MITRAILLE

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 42
Localisation : belgique
Date d'inscription : 24/01/2010

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 2 Fév - 16:57

je sens de ma moquerie dans tes paroles Sad , et ce n'est pas bien de se moquer des moins informés que toi Rolling Eyes

j'ai fait beaucoup de recherches sur cette unité qui me tiens à cœur, mais tout ce que j'ai lu dessus c'est dans des sources secondaire! Donc si tu as des renseignements venant de sources primaires sois gentil de le partager Razz
Revenir en haut Aller en bas
LA MITRAILLE

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 42
Localisation : belgique
Date d'inscription : 24/01/2010

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 2 Fév - 17:03

les colonels attachés au 8ème léger:

1803 Bertrand de Sivray,
1809 Julienne de Belair
1809 Sarraire,
1810 Julienne de Belair,
1810 Pourailly,
1811 Serrant,
1811 Van Landten,
1812 Ricard J.
1815 Ricard J.
Revenir en haut Aller en bas
LA MITRAILLE

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 42
Localisation : belgique
Date d'inscription : 24/01/2010

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 2 Fév - 17:19

Avant de continuer, je tiens à présenter mes excuse à Ablette, car il a raison, le 8ème léger comporte 4 bataillons, et même un 5ème (voir texte qui suit, texte qui m'a été envoyer par le descendant direct de Pierre Barois)

Si j'ai insisté sur 2 bataillons, c'est que j'ai beaucoup de renseignement sur le 1er et 2ème, et avais perdu de vue la mention du 3eme, 4ème et 5ème bataillon! Donc encore sorry! (il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis Razz )


Capitaine Pierre BAROIS
1774 - 1861


Chevalier de la légion d’Honneur
Médaillé de Sainte-Hélène


Sa famille est issue de Boscroger-sur-Buchy (département de la Seine Inférieure, devenue depuis Seine Maritime - 76). On y trouve ses parents Jean BAROIS (1734 – 1803 décédé à Boscroger) et Françoise Marie GRENET (certainement décédée avant 60 ans) ainsi que ses grands parents, Pierre BAROIS et Catherine LEROY.Jean BAROIS a eu un demi-frère, lui aussi prénommé Pierre, issue de Pierre BAROIS et de Marguerite DUBOSC, sans doute morte en couche en 1727 et un autre frère Louis. Nous ne savons rien des deux oncles de Pierre BAROIS, le médaillé de Sainte-Hélène.
Jean BAROIS s’établit mercier à Cuy-Saint-Fiacre (76) ou naît son fils Pierre le 2 août 1774 (ses parrain et marraine sont Pierre BERANGER fils, laboureur, et Nicole CARMENT). Il est baptisé à l’église du village, le jour de sa naissance, par l’abbé N. DUTOT, vicaire de la paroisse et signataire de l’acte.

A Boscroger-sur-Buchy, le nom BAROIS s’écrit indifféremment avec un ou deux « R ». Pour certains enfants de la fratrie deux « R » pour d’autres un seul. Pierre BAROIS verra l’orthographe de son nom évoluer au fil des années : un « R » à sa naissance, deux sur les documents militaires de 1812 et 1813, un en 1814, deux en 1850, un seul sur sa tombe en 1861 et un pour sa descendance. (1)

La carrière militaire de Pierre débute le 14 juillet 1793, jour de son engagement au 11ème bataillon de la Seine Inférieure. C’est un soldat de l’an UN ! Il n’a pas encore 19 ans.

1793 - 1796 : il est à l’armée du Nord et accède au rang de caporal le 5 avril 1794 (16 germinal an II).

1796 - 1798 : armée de Sambre et Meuse.
Il passe au 8ème régiment d’infanterie légère le 14 mars 1796 (à l’époque 8ème demi-brigade d’infanterie légère) et doit rendre ses galons de caporal (retrouvés en 1797). De juillet à septembre 1796, on retrouve ce régiment en Allemagne, dans la région de Francfort-sur-le-Main.
BAROIS est nommé fourrier au printemps 1798 (20 floréal an VI).

1798 - 1801 : c’est l’Italie (Gêne, Milan peut être en Italie centrale).
La campagne commence en septembre 1798. Le 8ème régiment d’infanterie légère est réparti entre trois régions éloignées les unes des autres. Le 1er bataillon participe au siège de Gaète au sud de Rome, le 2ème cantonné autour de Gêne, le 3ème participe au siège d’Ancône. Il y a de nombreux combats et des tués mais nous ne connaissons pas l’affectation précise de Pierre BAROIS durant cette période. Le 21 janvier il est nommé sergent-major. Au début de 1800 le 8ème Léger est semble-t-il regroupé dans la région de Gêne. L’armée, bien que commandée par de fameux généraux (MASSENA, MIOLLIS, SUCHET…) est dans une situation délicate. De décembre 1800 à janvier 1801, le 8ème Léger est impliqué dans des combats dans la région du Mincio et des lacs (au nord-est de Milan).

Nous n’avons pas de précisions sur la période 1801 / 1803 (Paix d’Amiens).

En 1803, le 5 octobre, Pierre BAROIS est nommé sous-lieutenant.
Le 23 décembre il embarque pour 10 mois sur le vaisseau le Scipion, à Toulon (sans doute en prévision de l’invasion de l’Angleterre).

Le Scipion est un navire très récent. En 1802 il transporte le général BRUNE qui regagne Constantinople où il vient d’être nommé ambassadeur. En 1803, jumelé au Duquesne il fait des visites de courtoisie à Alger et à Tunis mais Pierre BAROIS n’est pas encore à son bord. Ce vaisseau participe à la bataille de Trafalgar. Il échappe aux anglais en ce funeste 25 octobre 1805 mais est capturé quelques semaines plus tard dans ces mêmes eaux.

1804 – 1805 : BAROIS retrouve la terre ferme le 17 septembre 1804 et repart en Italie.
De mai à décembre 1805 l’historique du régiment ne mentionne pas de combat. Un autre document cite un combat à Fiume près de Trieste.

1806 – 1807 : le 8ème Léger est en garnison en Dalmatie. L’armée est commandée par MARMONT. Pierre est nommé lieutenant le 13 avril 1807.

1809 : c’est la campagne d’Allemagne. La guerre reprend contre l’Autriche. Combats dans le nord-est de l’Italie. Franchissement de la Piave. Combats du 8 au 12 mai. Combats en Dalmatie. En ce mois de juin 1809, les troupes, dont deux bataillons du 8ème Léger, parcourent plusieurs centaines de kilomètres pour être à Wagram le 6 juillet. BAROIS est de ceux-là. En 4 jours de combat, le régiment compte 50 tués dont 7 officiers et 65 blessés dont 9 officiers. Le 9 juillet, Il est nommé capitaine (à la tête de la compagnie de carabiniers du 4ème bataillon) en remplacement du capitaine Jacques LELARGE tué durant la bataille. Le 10 juillet, combat de Znaïm à 20 km de Wagram.

Le régiment ne quitte cette région qu’à la fin de 1809.

1810 – 1811 : Six mois de repos puis c’est l’engagement en Espagne.
Combats à Montlouis (en France, près de Prades).
De mai à juillet 1811 il participe au siège de Figueras (en français Figuières et Figuere en catalan). Les pertes s’élèvent à 2 tués et 2 blessés.

1812 : En mars, Pierre BAROIS, capitaine d’une compagnie du 5ème bataillon, fait valoir ses droits à la retraite. Elle est effective Le 16 mai. Les années de campagne s’accumulent… et des rhumatismes invalidant apparaissent.

De juin à décembre 1812 (et même après…) des milliers de soldats connaissent une fin tragique en Russie. La situation militaire est très difficile mais rien n’est encore perdu. Le 8ème Léger, en partie engagé, est durement éprouvé. Il est reconstitué à partir d’éléments du 4ème bataillon qui n’a pas fait campagne.

1813 : Après 14 mois de vie civile à Rouen, Pierre reprend du service et retrouve son cher 8ème pour les campagnes d’Allemagne et de France (Décret signé à Saint-Cloud le 10 juillet par Marie-Louise). Peut être participe-t-il à la bataille de Dresde le 26 août ?
Le 6 septembre, bataille de Juterbock à 100 km au Nord-ouest de Dresde. Le régiment y subit des pertes importantes : 60 tués dont 1 capitaine et 11 blessés dont 6 officiers.
Le 16 octobre, c’est la terrible « bataille des Nations » à Leipzig. Les pertes du 8ème Léger, peu engagé, sont nettement moindres que le 6 septembre. Les armées françaises retraitent rapidement vers l’ouest de l’Allemagne. A Hanau une autre bataille est livrée le 30 octobre. Le 8ème se distingue, il défend avec ténacité une des portes de la ville.

1814 : C’est la campagne de France. De février à avril, le maréchal AUGEREAU qui commande le corps d’armée de Lyon essaye, de la Suisse au Lyonnais, de contenir les envahisseurs. Le 8ème Léger participe aux combats d’Annecy, de Chapareillan, de Montmélian (aux confins de la Savoie et de l’Isère) et de Tarare (près de Lyon). Pierre BAROIS, capitaine de la 4ème compagnie de carabiniers, en est il ? La petite histoire ne le dit pas mais on peut le supposer.

Napoléon, malgré une brillante campagne, abdique à Fontainebleau le 6 avril puis part pour l’île d’Elbe. En juin, Pierre BAROIS fait valoir une deuxième fois ses droits à la retraite. Sa demande est acceptée le 15 septembre 1814 par le général VILATTE. Il est reconnu inapte au service même dans les vétérans (problèmes de santé déjà évoqués en 1812). Il se retire à Auxerre, se marie avec Anne Thirza LECONTE (2) (1795 – 1874) et assiste au retour de l’Aigle. Il ne revêt pas l’uniforme durant les cents jours.

Le couple habite désormais une charmante maison qui donne sur la place de l’abbé Deschamps au pied de la rue Porte pendante (actuelle rue Philibert-Roux). Deux enfants, Charles Eugène (1816 – 1907 à Chartres) époux MARTINEAU, et Adèle (1818 -1847) épouse CARRE et 6 petits-enfants (dont plusieurs sont nés à Chartres) égayent une paisible retraite de plus de 45 années.

5 juin 1850 : La Légion d’Honneur
Sur son portrait exécuté vers 1815 la Croix des braves est « collée » sur sa poitrine. En fait, Pierre s’attendait à la recevoir dans les dernières années de l’Empire, aussi la réclama-t-il dès 1848. Voici l’avis du Préfet de l’Yonne figurant sur l’avis de la Commission des réclamations des anciens soldats de la République et de l’Empire : « Position honorable, conduite irréprochable, attachement prononcé au gouvernement de la République sous la Présidence du neveu de l’Empereur. Des personnes dignes de foi représentent le Sieur BAROIS comme très honnête et très estimé à Auxerre… ». La Légion d’Honneur lui est remise le 5 juin 1850.

En 1857 ou 1858 il reçoit la médaille de Sainte-Hélène, instituée par Napoléon III. Curieusement, le dossier des médaillés de Sainte-Hélène conservé aux archives départementales de l’Yonne ne mentionne pas la reprise d’activité du 10 juillet 1813 au 15 septembre 1814. Son numéro de dossier est absent mais il est bien porté « décoré » en face de son nom et dans la colonne campagnes il est indiqué : « toutes ». Son diplôme, son épée et sa médaille sont aujourd’hui sous la garde de l’un de ses descendants. Il en est de même pour la Légion d’Honneur et les derniers éléments d’uniforme que les mites ont épargnés : broderies (grenade et galon) et quelques boutons.

Pierre décède le 29 juillet 1861, sa femme le 26 août 1874. La tombe « 236 » des époux BAROIS est toujours entretenue par leurs descendants, au cimetière Saint-Amâtre. A 100 m est enterré un auxerrois célèbre : le légendaire capitaine COIGNET (1776 – 1865).

(1) - La Grande Histoire se souvient d’un autre Pierre BARROIS (1774 – 1860) mais ces deux militaires ne sont pas parents : Général et comte de l’Empire, BARROIS, originaire de Ligny (Meuse) a servi presque aux mêmes dates et a pris sa retraite en 1848. Il s’est illustré sur de nombreux champs de bataille dont Waterloo.

(2) - Anne Thirza fut pendant 57 ans organiste de la cathédrale Saint-Etienne (où rien ne rappelle ce fidèle service !). Elle avait aussi de vrais talents de portraitiste et a exécuté de beaux pastels dont ceux de ses parents et de son mari.

Remerciements appuyés à Michel et Julien BAROIS qui ont fait œuvre de chercheurs et d’historiens, sans lesquels ces lignes n’auraient pas pu être écrites ainsi qu’à plusieurs autres descendants de Pierre qui ont participé en 1988 / 1989 à la collecte des informations et à la réfection de la tombe (à l’initiative de Michel BAROIS), aux Mairies de Cuy-Saint-Fiacre, de Boscroger-sur-Buchy et d’Auxerre, aux Musées de l’Armée (Paris - Invalides) et de la Légion d’Honneur (Paris), au Service Historique de l’Armée de Terre (Vincennes), au centre de documentation de la Marine (Toulon) et à leurs agents pour leur coopération efficace et à Olivier GENIN pour ses travaux sur le Scipion…

Patrick Barois


Texte issue de notre site
Revenir en haut Aller en bas
Ablette

avatar

Nombre de messages : 1150
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 2 Fév - 18:10

Citation :
je sens de ma moquerie dans tes paroles Sad , et ce n'est pas bien de se moquer des moins informés que toi

Il n y a aucune moquerie dans mes paroles, tu as en 2 Phrases détruit toutes mes sources sur la question (c'était de l'ironie sur les 2 colonels Wink ).


Selon le décret de 1808 tous les régiments d'infanterie sont portés à 4 bataillons de guerre de 6 compagnies chacun. Un 5ème bataillon dit de dépôt est composé de 4 compagnies de fusiliers, et doit servir au renouvellement des effectifs des bataillons de guerre.


Le colonel n'est pas un simple fonctionnaire attaché à un régiment, il est le big boss du régiment, aidé du conseil d'administration du régiment il dirige l'ensemble des bataillons d'un point de vue administratif, ici, donc j'ai du mal à imaginer que 1 bataillon sur 4 n'ait pas le même uniforme que les autres, c'est louche !
J'aimerai bien savoir comment tu en es arrivé à cette conclusion, quelles sont les preuves de cette affirmation.


(je ne remets pas en doute ce que tu dis, je ne suis pas l'allégorie de la science infuse, bien au contraire, ce cas éveille juste ma curiosité Wink )
Revenir en haut Aller en bas
dups

avatar

Nombre de messages : 649
Age : 45
Localisation : Guer (56)
Date d'inscription : 05/07/2007

Signalement
Régiment: 12ème régiment de chasseurs à cheval
Grade: Chasseur
Divers: En passe de devenir trompette

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 2 Fév - 20:46

Ce qui peut se passer, c'est que les masses régimentaires ne permettent pas le renouvellement simultanée de l'ensemble de la garde robe. D'où certaines différences et des uniformes différents qui se côtoient.
Pour couper cours aux habitudes de notre loisir d'interpréter "différences et uniformes différents" par "b..d..l infâme", je pense plutôt que des compagnies voire des bataillon pouvaient avoir un uniforme différent d'autres compagnies ou bataillons.

Je ne sais plus qui m'avait expliqé qu'un régiment d'infanterie légère (je dirai le 12ème) reçut un lot de centaines d'habits d'infanterie de ligne alors qu'il était en Espagne. Ayant payé et ne pouvant se permettre de renvoyer le lot en raison du besoin avéré, le colonel équipa un bataillon complet de ces habits, jusqu'à usure.

On peut imaginer ce type de situation au 8ème léger.

A noter que le livre d'ordre du 12ème chasseurs montre que le colonel Defrance décide de distinguer les escadrons par des couleurs de buffleteries différentes. C'est presque dix ans avant l'apparition du Bardin et l'uniformisation, mais le livre d'ordre du 8ème léger s'il existait montrerait peut-être un choix délibéré du chef de corps pour distinguer discètement ses bataillons.

Des hypothèses qui en vlent d'autres. Wink
Revenir en haut Aller en bas
LA MITRAILLE

avatar

Nombre de messages : 25
Age : 42
Localisation : belgique
Date d'inscription : 24/01/2010

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 2 Fév - 20:57

merci Dups, je penses qu'une partie de la vérité doit se trouver dans ton raisonnement.

et je suis toujours avide d'apprendre plus et bien entendu plus sur le 8ème léger

NB: j'ai essayé le lien pour la SHD mais je patauge, quelqu'un peu t'il m'expliquer comment obtenir des renseignements
d'avance merci
Revenir en haut Aller en bas
La Béquille

avatar

Nombre de messages : 1337
Age : 30
Localisation : Lacrouzette
Date d'inscription : 29/05/2007

Signalement
Régiment: 18ème Régiment d’Infanterie de Ligne
Grade: Sergent
Divers:

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 2 Fév - 21:45

Pour avoir des infos, il faut que tu trouves les numéros des cartons qui t'intéressent, puis tu les commandes pour un jour où tu peux te rendre sur place. Quand tu arrives sur place tu va faire faire ta carte de lecteur (gratuite) puis tu vas en salle de lecture et tu te laisse guider.

Le plus ch...t est donc de trouver les références des cartons ; pour ça, je suis sûr que Dups va pouvoir te donner un numéro de téléphone qui va grandement t'aider. study
Revenir en haut Aller en bas
dups

avatar

Nombre de messages : 649
Age : 45
Localisation : Guer (56)
Date d'inscription : 05/07/2007

Signalement
Régiment: 12ème régiment de chasseurs à cheval
Grade: Chasseur
Divers: En passe de devenir trompette

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 2 Fév - 23:53

Si tu l'as, donnes le pour moi, car, je l'ai lorsque je bosse et là je suis encore arrêté pour un moment.
Revenir en haut Aller en bas
La Béquille

avatar

Nombre de messages : 1337
Age : 30
Localisation : Lacrouzette
Date d'inscription : 29/05/2007

Signalement
Régiment: 18ème Régiment d’Infanterie de Ligne
Grade: Sergent
Divers:

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mer 3 Fév - 2:23

C'est noté ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
mrphilou

avatar

Nombre de messages : 285
Age : 54
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 24/05/2007

Signalement
Régiment: 4ème Régiment d’Artillerie de Marine
Grade: Artilleur
Divers:

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mer 3 Fév - 21:29

Comment ça "arrêté" Dups ? Que t'arrive t'il ? Rien de sérieux j'espère. A moins que tu n'ai écopé de quelques jours au Poste de Police...
@micalement.
Phil.
Revenir en haut Aller en bas
dups

avatar

Nombre de messages : 649
Age : 45
Localisation : Guer (56)
Date d'inscription : 05/07/2007

Signalement
Régiment: 12ème régiment de chasseurs à cheval
Grade: Chasseur
Divers: En passe de devenir trompette

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mer 3 Fév - 22:02

Je suis passé sur le billard pour une hernie discale carabinée.
Revenir en haut Aller en bas
grenadier la rose

avatar

Nombre de messages : 364
Age : 46
Localisation : Nogent sur Oise
Date d'inscription : 01/06/2007

Signalement
Régiment: 8ème demi-brigade
Grade: sergent
Divers: pensée zen et fatiguée...

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Jeu 4 Fév - 11:50

ah merdasse ..... youpisss le début d'année
bon rétablissement
Revenir en haut Aller en bas
Sergent

avatar

Nombre de messages : 256
Age : 47
Localisation : Chantilly
Date d'inscription : 17/07/2009

Signalement
Régiment: 18e régiment d'infanterie de ligne et Fünftes Westfälisches Landwehr-Infanterie-Regiment
Grade: sergent
Divers: 2e compagnie du 2e bataillon

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Jeu 4 Fév - 20:01

Citation :
Le colonel n'est pas un simple fonctionnaire attaché à un régiment, il est le big boss du régiment, aidé du conseil d'administration du régiment il dirige l'ensemble des bataillons d'un point de vue administratif, ici, donc j'ai du mal à imaginer que 1 bataillon sur 4 n'ait pas le même uniforme que les autres, c'est louche !
Oui, quand le régiment est en garnison et ce en totalité et que l'on recrée ledit régiment par suite de grosses pertes comme ce fut le cas pour le 18e de ligne au retour d'Egypte avec une centaine d'hommes et qui, deux ans plus tard était au complet et habillé de neuf (adieu les casquettes à pouf).

Par contre, il n'est pas rare qu' un ou deux bataillons d'un Régiment soit utilisé dans un tout autre théâtre d'opération que celui où le régiment est normalement présent, par exemple un bataillon en Espagne et les deux autres en Allemagne ; Dans ce cas je suppose que les Bataillons acquéraient une sorte d'autonomie de fait quant à leurs approvisionnements par rapport au desiderata du Colonel.
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/sergentdu18eme/
dups

avatar

Nombre de messages : 649
Age : 45
Localisation : Guer (56)
Date d'inscription : 05/07/2007

Signalement
Régiment: 12ème régiment de chasseurs à cheval
Grade: Chasseur
Divers: En passe de devenir trompette

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Jeu 4 Fév - 20:44

Je ne pense pas car généralement les bataillons envoyés sur d'autres théâtres étaient enrégimentés avec d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Ablette

avatar

Nombre de messages : 1150
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Jeu 4 Fév - 21:59

Il me semble que dans ce cas c'était le chef de corps (division) qui donnait ses directives pour l'ensemble.
C'est le cas du 1er RIL qui dès 1812 se retrouve éparpillé sur tous les fronts (2 bataillons, puis 1 seul (1813 1814), en Espagne dans 2 armées différentes, 1 bataillon en Allemagne, 1à l'armée de Lyon, et enfin en 1814 le dernier dans l'armée du Var.

Le quartier maitre trésorier n'a donc jamais quitté le dépôt, de même, il en fut pour le conseil d'administration. Les bataillons exposés au 4 coins de l'Europe ne pouvait subvenir à leurs besoins sans moyens. Dans ce cas c'est le chef de Division qui devait gérer avec ses moyens les demandes de suns et des autres.

Dans la correspondance de Davout lors de l'entrée en campagne de 1806, on lit quelque chose qui y ressemble. Dans une lettre lettre à Friant, il désigne un ensemble d'effets que doivent se procurer les bataillons, il décrit l'ensemble du contenu du havresac , et alors qu'il s'enlise dans l'hiver polonais en 1807, il rédige une circulaire pour le remplacement des effets usagés des bataillons, et il ordonne de puiser dans les fonds du corps.

Il devait ensuite y avoir un tour de passe passe comptable entre le conseil d'administration de différents régiments et le ministère.
Revenir en haut Aller en bas
La Béquille

avatar

Nombre de messages : 1337
Age : 30
Localisation : Lacrouzette
Date d'inscription : 29/05/2007

Signalement
Régiment: 18ème Régiment d’Infanterie de Ligne
Grade: Sergent
Divers:

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Ven 5 Fév - 3:27

Pour en revenir au sujet initial, je viens tout juste de réaliser (à 1h22 du matin Razz ) qu'on parlait du 8ème léger entre 1812 et 1815. C'est dans ce régiment (4ème bataillon) et à cette période qu'a servi mon ancêtre, Joseph SALVETAT, ainsi que quelques autres de mon village. Aussi, les trouvailles que tu pourras faire au SHD m'intéressent vivement. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Sergent

avatar

Nombre de messages : 256
Age : 47
Localisation : Chantilly
Date d'inscription : 17/07/2009

Signalement
Régiment: 18e régiment d'infanterie de ligne et Fünftes Westfälisches Landwehr-Infanterie-Regiment
Grade: sergent
Divers: 2e compagnie du 2e bataillon

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Ven 5 Fév - 17:54

Citation :
Il devait ensuite y avoir un tour de passe passe comptable entre le conseil d'administration de différents régiments et le ministère.
J’imagine que oui!
Et si, en campagne, comme on peut effectivement le supposer, la gestion pratique des équipements se faisait au niveau de la division, je suppose que l’état major devait disposer d’une certaine somme d’argent pour pouvoir passer des marchés d’approvisionnement, je ne suis pas un spécialiste du fonctionnement des états-majors mais ce serait un sujet d’étude intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/sergentdu18eme/
Ablette

avatar

Nombre de messages : 1150
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Ven 5 Fév - 22:34

Certes, je suis entièrement d'accord, le sujet est fort intéressant. Malheureusement je n'ai pas plus de sources outre la correspondance du maréchal Davout. Je ne suis pas non plus un spécialiste des états-majors.

Par contre on peut souvent lire dans les mémoires (surtout ceux qui ont fait la guerre d'Espagne) comment une bataille pouvait tourner rapidement au pillage par la troupes adverses d'un même coffre rempli d'or qui suivait une division, il y en a plusieurs exemples dans les mémoires du capitaine Desboeufs. D'ailleurs il me semble qu'il fait la demande auprès du général de division commandant la région de Huesca, de l'argent pour remplacer les effets usagers. Ne voyant jamais lui parvenir l'argent, lors d'une razia de produits de contrebandes dans un village voisin, une partie de l'usufruit de cette razia est utilisé pour le renouvellement des pantalons en bon tissu.

Hypothétiquement parlant, l'armée devait recevoir une quantité importante de pièces sonnantes et trébuchantes, qui était ensuite réparti entre les chefs de corps, et ensuite aux divisions par l'intermédiaire des commissaires (inspecteurs et sous-inspecteurs aux revues). Tout devait être question de besoin, la cavalerie et l'artillerie devaient recevoir les plus importantes sommes. Enfin ce n'est qu'hypothèse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 7 Juin - 15:59

Je reviens sur ce sujet à propos de ce Pierre Barois, car on peut trouver son dossier dans la Base Leonore de la Légion d´Honneur:

Pierre Barois

L´autre Pierre Barrois (avec 2 "r"), qui devint général, est lorrain (de la Meuse) et a servit dans le 9e léger.
Sinon, je devrais avoir dans mes affaires les listes du SHD concernant l´infanterie légère. Il devrait y avoir aussi les références pour le 8e léger. Je les posterai plus tard...

PY

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 7 Juin - 17:02

Pour ce qui est des uniformes du régiment, il y a dans la série de Ernest Fort sur l´infanterie légère la représentation d´un musicien du 8e léger selon la collection Carl (collection de soldats de papier faite à Strasbourg).
Si la collection carl dispose d´un musicien, il doit y avoir alors aussi un présentation de tous les autres types du régiment...
La représentation est donnée pour 1809, et notre musicien montre de très beaux revers verts d´eau (de même que le collet, les retroussis et les pattes de parements à trois boutons...) le tout entouré d´un passepoil ou plutôt un galon blanc.
La plaque est intéressante car en métal blanc et très proche du modèle 1812.
Bien que l´habit soit ouvert sur la veste bleue, il est très possible que cette représentation soit postérieure à 1809...

Les pattes de parements à 4 boutons se rencontrent souvent chez les officiers d´infanterie légère, et n´est pas forcément un signe que toute la troupe ait eu aussi les 4 boutons...

Cordialement

PY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   Mar 7 Juin - 19:13

voilà la liste des dossiers intéressants au SHD:

Xb 200 (163) 5e au 8e pour 1791
Xb 221 pour les 1e à 8e DBL (1793 à AnIV)
Xb 326 pour les 7e et 8e DBL (An IV et V à An XI et XII)
Xb 578 à 580 8e RIL (consulat et empire)

Cordialement

PY
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 8e Léger en 1812-1815   

Revenir en haut Aller en bas
 
8e Léger en 1812-1815
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Charte d'Histoire Vivante :: - La Charte - :: Uniformes & Equipement :: Infanterie-
Sauter vers: